14 juin 2024
Est-il possible de contester un radar automatique ?

Est-il possible de contester un radar automatique ?

Dans la vie quotidienne, les conducteurs sont souvent confrontés à des situations où ils sont pris en flagrant délit par un radar automatique pour excès de vitesse ou franchissement. Face à ces infractions, nombreux sont ceux qui se demandent s’il est possible de contester un radar automatique. Abordons ici les différentes étapes à suivre pour tenter de contester une contravention liée à un radar automatique.

Rappel des règles concernant les radars automatiques

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de rappeler brièvement les règles en vigueur concernant les radars automatiques. Ceux-ci ont pour but de détecter et verbaliser les conducteurs en infraction au Code de la route, que ce soit pour excès de vitesse ou franchissement d’un feu rouge.

Les radars automatiques fonctionnent grâce à un système de détection électronique qui mesure la vitesse des véhicules. En cas d’infraction constatée, une photographie du véhicule est prise et envoyée au centre de traitement des infractions routières, où un procès-verbal (PV) est établi à l’encontre du titulaire de la carte grise.

Les types d’infractions

Il existe différents types d’infractions pouvant être relevées par les radars automatiques :

  • Excès de vitesse : lorsque le véhicule dépasse la limite de vitesse autorisée sur une portion de route donnée.
  • Franchissement d’un feu rouge : lorsque le véhicule franchit un feu tricolore alors que celui-ci est passé au rouge.
  • Non-respect des distances de sécurité : lorsque le véhicule ne respecte pas la distance minimale de sécurité avec le véhicule qui le précède.

Les étapes pour contester un radar automatique

Si vous estimez avoir été verbalisé à tort par un radar automatique, voici les différentes étapes que vous pouvez suivre pour entreprendre une contestation de radar automatique :

Étape 1 : vérifier les éléments du PV

La première chose à faire est de vérifier les informations présentes sur le PV reçu suite à l’infraction. En effet, il peut arriver que certaines données soient erronées ou imprécises, comme la date, l’heure, le lieu de l’infraction, le type de véhicule concerné, etc. Si tel est le cas, il est possible de contester le PV en invoquant ces erreurs.

Étape 2 : réunir des preuves

Pour monter un dossier solide et crédible, il est essentiel de réunir des preuves attestant de votre bonne foi. Cela peut inclure, par exemple, des témoignages, des photographies, des relevés GPS, etc. Ces éléments pourront servir à étayer votre contestation et démontrer que l’infraction relevée par le radar automatique n’a pas été commise.

Étape 3 : envoyer une requête en exonération

Si vous estimez disposer d’éléments suffisants pour contester l’infraction, vous pouvez alors envoyer une requête en exonération auprès de l’autorité compétente. Cette demande doit être rédigée sur papier libre et accompagnée des pièces justificatives nécessaires (copie du PV, preuves, etc.). Il est important de respecter les délais impartis pour adresser cette requête, généralement fixés à 45 jours à compter de la date de l’avis de contravention.

En conclusion, bien qu’il soit difficile de contester un radar automatique, il est essentiel de connaître ses droits et de tenter sa chance si l’on estime avoir été verbalisé injustement. En suivant les étapes décrites ci-dessus et en réunissant des preuves solides, vous pourrez peut-être obtenir gain de cause face aux autorités compétentes.